Tigre platane

Avec l’été, les beaux jours reviennent, mais aussi les insectes qui prolifèrent avec la chaleur ! Parmi eux, le tigre du platane infeste les arbres du même nom et en profite pour investir les logements, suscitant de nombreuses questions.
L’occasion d de faire le point sur ce parasite nuisible pour les végétaux et agaçant pour les riverains.
Vous habitez à proximité de platanes et l’arrivée de l’été s’est accompagnée de celle de nombreux insectes non identifiés ? Il s’agit probablement de tigres du platane.
Ces petits insectes se caractérisent par un corps noir, avec une tache brune au centre et des ailes blanchâtres et transparentes. Leurs larves, le plus souvent noires, atteindront à l’âge adulte 3 à 4 mm de long.

HISTORIQUE

Originaire des Etats-Unis, le tigre du platane (Corythuca ciliata) est apparu en Italie dans les années 1960.
Remarqué pour la première fois en France en 1975, on le trouve dans les départements situés au sud d’un axe La Rochelle-Bar le Duc.
Réfugiés sous les écorces du tronc pour passer l’hiver, ces parasites reprennent leur activité au printemps.
Ils se nourrissent de jeunes feuilles et pondent le long des nervures situées sur leur face inférieure.
Les larves se développent et de nouveaux adultes apparaissent fin juin / début juillet. Une seconde génération naît encore durant l’été, et même parfois une troisième dans les zones les plus méridionales !
Puis les adultes entrent en hibernation et le cycle recommence.

Un insecte déplaisant mais non dangereux
Le tigre du platane se nourrit en ponctionnant les feuilles, qui finissent par se dessécher. Généralement sans gravité, ces dégâts peuvent affaiblir les jeunes arbres ou les sujets déjà fragilisés, en particulier par des tailles abusives.
Au-delà des dommages causés aux feuilles, ces insectes sont aussi source de gênes pour les riverains. En effet, ils volent autour des arbres infestés et peuvent entrer dans les habitations, se coller aux rideaux, aux murs et aux vêtements, ou encore tomber dans les assiettes des consommateurs assis en terrasses…
Cependant, aucune allergie à ce parasite, plus déplaisant que dangereux, n’a été constatée.